Le swimrunman, comme son nom l’indique, est une course qui alterne course à pied et natation. Ce biathlon qui attire de plus en plus d’amateurs de sports outdoor présente quelques particularités. Comment et où le pratiquer, c’est ce que vous allez apprendre dans cet article.

Quelles sont les caractéristiques du swimrunman ?

Deux sports sont pratiqués pour le swimrunman. Mais, contrairement à ce qui peut se pratiquer pour d’autres types de courses, les concurrents doivent continuellement transporter avec eux tout le matériel nécessaire à leur pratique. Du départ jusqu’à la ligne d’arrivée, il est interdit de se défaire ou de récupérer quoi que ce soit (y compris, donc, les chaussures).

Cette course demande donc un petit peu d’adaptation, pour anticiper le transport de l’équipement. Et, il vous faudra d’autant plus d’adaptation que ces courses en pleine nature s’inspirent du trail : ce n’est pas juste une distance à parcourir à la nage et une autre en courant. Vous ferez face à une alternance de natation et de course à pied tout au long du parcours.

À l’origine, les courses Swimrunman France se déroulaient essentiellement par équipe de deux. Le but était de renforcer renforçait la sécurité entre équipiers, mais surtout de développer les valeurs d’origine du swimrun : partage, dépassement de soi, entraide et solidarité. Il est maintenant possible d’y participer en solitaire, pour des parcours totaux allant de 10 à 70 km pour l’ultra swimrunman.

Quel équipement prévoir pour le swimrunman ?

L’équipement pour le swimrunman doit être adapté à cette course. Pour faciliter les transitions, il doit être léger et facile à enlever comme à remettre.

Dans les équipements de base, on retrouve :

  • la combinaison, qui évite d’avoir trop froid dans l’eau. 
    Il existe depuis 2014 des combinaisons spécialement conçues pour cette course. Mais vous pouvez aussi opter pour des combinaisons de triathlon ou de surf. Selon vos souhaits en matière d’isolation thermique, vous préférerez des jambes et manches courtes ou longues.
  • Des chaussures.
    Il faut des chaussures adaptées pour la course à pied. Certains conseillent de percer des trous dans leurs semelles pour faciliter le drainage en sortant de l’eau.
  • Des lunettes de natation.
  • Un bonnet de natation.
    Il est fourni par les organisateurs, mais certains portent en dessous de celui-ci un bonnet supplémentaire, comme protection contre le froid.
  • Des accessoires pour améliorer la flottaison des jambes.
    On parle de pull buoy, qui est utilisé en piscines, maintenus pour la course à pied par un élastique à la cuisse. Certains vont même jusqu’à utiliser des bouteilles en plastique vides.

Choisir votre parcours pour un swimrunman

Tous les swimrunman ne se déroulent pas dans les mêmes paysages. Vous serez amené à nager dans un lac, mais aussi dans la mer ou l’océan. À l’ÖTILLÖ (aux Championnats du monde de swimrun), la course se déroule dans la mer baltique. Ce qui implique d’affronter du courant, et, parfois, des vagues de plus d’un mètre. Si vous n’êtes pas entièrement à l’aise dans l’élément aquatique, il faudra peut-être opter pour des courses qui se nagent dans des eaux plus calmes. D’autant qu’en général, même s’il n’y a pas de règle établie, la partie natation représente environ 1/7ème de la distance.

Pensez aussi à vérifier l’altitude, le dénivelé et la période de l’année. Il sera peut-être préférable pour vous d’opter pour des parcours plus faciles à appréhender.