Les différents volants de badminton

volants-badminton

Le volant plumes : pour les experts

Les badistes de haut niveau qui s’affrontent utilisent systématiquement ce type de volant. Il se compose de 16 plumes de forme et d’orientation régulières, fixées à l’aide de résine et de liens dans un bouchon de liège.

Qualité de vol, toucher sur le cordage, et donc plaisir de jeu : le volant plumes ne présente que des avantages. Mais sa grande fragilité, combinée à son prix moyen assez élevé, en fait un gouffre financier pour les débutants.

Pour bien choisir un volant plumes, attention à ces critères :

  • Le type de plumes : les plumes d’oie, plus souples et confortables à jouer, offrent plus de plaisir de jeu que les plumes de canard, plus rigides et épaisses.
  • La solidité : régularité de la plume, animal de provenance, quantité de colle…, énormément de paramètres influent sur la résistance d’un volant plumes. Pas de secret : il faut tester pour se faire un avis !
  • La vitesse du volant : choisie principalement en fonction de la température du volant, elle est généralement notée à 77 en hiver (plus lent), et 78 en été (plus rapide), la chaleur favorisant la rapidité du volant.

Le volant plastique : pour les loisirs

Né pour faciliter la démocratisation du badminton, notamment dans les pays occidentaux, le volant plastique présente principalement l’avantage de la solidité, mais aussi du prix (environ 10 € pour un tube de 6 volants). Un seul volant plastique peut servir durant plusieurs heures, tandis qu’un volant plumes dépasse rarement la demi-heure de jeu.

Avec sa jupe en nylon et son bouchon lui aussi en liège, il offre une copie technique plus basique. Voici toutefois quelques points à surveiller :

  • La trajectoire du volant : traditionnellement, elle est parabolique (ou linéaire). Mais certains volants plastiques arrivent à reproduire la trajectoire parachute du volant plumes.
  • La qualité du plastique : un bon volant plastique proposera une sculpture proche du volant plumes, avec une assez bonne souplesse du nylon.
  • La vitesse du volant : notée de 1 à 3, elle dépend là aussi des températures de votre salle.

Comment bien servir au badminton ?

service-badminton

Comment faire un bon service au badminton ?

Appliquez-vous, et surveillez ces points :

  • La hauteur du service : un service court doit passer le plus proche possible de la bande, pour ne pas offrir l’attaque à l’adversaire. Un service long doit au contraire monter pour vous laisser le temps de vous organiser.
  • La longueur de service : sur le service long principalement, tentez de placer le volant près de la limite du court pour ne pas recevoir un smash d’entrée de point.
  • Le moment de votre frappe : attention, un nouveau règlement fixe la hauteur maximale de frappe du service à 1,15 m !

Le service court au badminton

Il se joue généralement en revers pour plus de précision. Main haute sur le manche pour accroître le contrôle, vous allez généralement tenter de placer le volant près de la ligne de service adverse, en variant les zones d’atterrissage. Ce service est très utilisé en double, où il est plus facile de conserver l’attaque… et donc plus risqué de la laisser. Attention : ne jouez ce type de service en simple que si votre vitesse de déplacement vous permet de répondre à une attaque surprise ! Dans le cas contraire, vous perdrez beaucoup de points.

Le service long au badminton

Plus utilisé en simple, le service long offre l’avantage de neutraliser l’adversaire s’il est bien exécuté. Si le service est placé haut et loin, il n’offrira en retombant à la verticale aucun poids d’impact sur lequel s’appuyer pour la frappe adverse. Un coup d’introduction qui ne vous fera pas marquer de point, mais qui vous évitera de gâcher des échanges, et qui obligera votre adversaire à davantage de mouvements.

Quelques exercices à pratiquer avant un match

exercices-badminton

Jour J : vous allez disputer une compétition de badminton, et vous avez hâte d’en découdre sur le court. Mais ce n’est pas parce que vous êtes en tournoi que vous êtes dispensé de bien vous échauffer ! Pour monter en température avant votre entrée en lice, voici quelques exercices idéaux avant un match officiel.

La routine, le grand classique

Vous en avez l’habitude à l’entraînement : la routine consiste à répéter une phase de jeu rencontrée en match pour se l’approprier. 3 dégagés/2 amortis, attaque/défense, 100 % amortis ou dégagés : répétez cette séquence en boucle pour vous habituer aux conditions de jeu.

Le Suédois, pour s’échauffer dans la bonne humeur

Prenez un terrain de badminton. Placez-y vous avec 3 partenaires désirant s’échauffer, chacun dans une moitié de terrain. Le but : défendre sa partie du court… avec ou sans le soutien de votre voisin ! Chacun commence avec 15 points. Chaque faute ou volant qui tombe dans votre partie de terrain vous fait perdre une unité.

Le 7 zones, pour travailler la précision

Sur demi-terrain, affrontez un ami en une succession de mini-matchs en 3 points. Le premier à 3 points peut conquérir une zone (les 6 rectangles formés par les lignes du court sur un demi-terrain + la bande du filet). Si vous parvenez à toucher une zone, vous la remportez, et le mini-match est réinitialisé. Le premier à remporter toutes les zones gagne !

Comment bien s’échauffer avant de pratiquer le badminton ?

echauffements-badmiton

Mise en route : objectif variation de courses

La priorité est de chauffer les muscles du bas du corps. Le badminton proposant de nombreuses phases d’appuis/reprise d’appuis, et énormément de sauts des muscles, des articulations froides peuvent beaucoup souffrir d’un manque d’échauffement.

Pour parer tout risque, commencez par quelques tours de salle à petite foulée. Dès que vous sentez vos jambes se réchauffer, changez ensuite vos types de courses, vos déplacements afin de solliciter toute la chaîne musculaire. Utilisez la largeur de la salle pour des séquences comme :

  • des talons-fesses ;
  • des pas chassés en fentes (vers l’avant, puis l’arrière) ;
  • des pas chassés latéraux (vers la droite, puis la gauche) ;
  • des montées de genoux.

Échauffer le haut du corps

Une fois les jambes prêtes, vous devriez atteindre une phase de légère sudation. Pour poursuivre votre échauffement de badiste, place à la partie supérieure du corps, notamment le bras raquette et le dos (très exposé au badminton). Des rotations de bassin dans le sens horaire, puis anti-horaire seront en ce sens plus que bénéfiques pour vos lombaires.

Pour la chaîne épaule-coude-bras, commencez par pratiquer quelques rotations de bras (comme une hélice) d’avant en arrière, puis d’arrière en avant. Répétez cette séquence avec l’épaule en la ramenant du pectoral à l’omoplate dans un mouvement circulaire. Terminez par des mouvements de pronation/supination de l’avant-bras.

Place au terrain !

Sur demi-terrain, privilégiez une accélération progressive de l’intensité de jeu, en retrouvant toutes vos sensations. Commencez par des séries de dégagés, puis introduisez des variations de jeu (amortis, slices, drives), en gardant les coups d’attaque (smashs notamment) pour le plus tard possible.